7. La Saint-Valentin (de mes deux…)

saint-valentin.jpg

Nous sommes le dimanche 14 février… Le jour de la Saint-Valentin. Il est bientôt 20 heures et je suis de retour chez moi, après un weekend mouvementé. J’avais complètement oublié que c’était le weekend de la Saint-Valentin ! Clémence ne me l’a pas rappelé une seule fois et j’ai été…. Je me suis retrouvée dans une situation… Merdique !

Au départ, tout avait bien commencé. J’ai renoncé à l’achat de mes mugs pour préparer un sac. Clémence m’a promis un super weekend entre copains. Nous avons pris sa voiture et après avoir roulé pendant trois bonnes heures, nous sommes arrivées à un superbe chalet dans les montagnes.

-Waouh !

Nous avons pris nos affaires et Clémence a frappé à la porte. Tout de suite, un jeune homme l’ouvre et accueille mon amie chaleureusement. Une petite poignée de main pour moi, ainsi que pour les autres. Ils étaient si nombreux que ma main me faisait souffrir. Ici, pas de baise-main, comme au château. Cette coutume que je trouvais ringarde me paraît hyper civilisée, maintenant. Bien sûr, l’endroit n’était pas rempli de mâles. Il y avait aussi des femmes. Et après un bref coup d’oeil, je me suis rendue compte qu’ils étaient tous en couple ! J’ai commencé à me sentir mal à l’aise. Et Clémence ? Elle minaudait face au seul célibataire… Ca y est, j’allais passer le weekend le plus pourri de mon existence ! Et ce n’était pas exagéré… Imagine-toi, cher journal, 4 ans de célibat… 4 ans à ne pas avoir un seul contact physique plus qu’amical et me voilà, assise au centre d’un splendide salon où des couples s’embrassent langoureusement. Impossible de compter sur le soutien de Clémence qui caressait le bras de son beau ténébreux aux yeux tirés en amande.

Je regrettai de ne pas avoir pris ma voiture, car j’aurais pu filer à l’anglaise et prétexter une quelconque maladie contagieuse. Clémence aurait pu compte sur son rencard pour la ramener chez elle. Mais non. J’ai décidé de changer mes habitudes. De laisser les autres me traîner dans leurs aventures…

Lorsque je me suis demandée si je pouvais rentrer chez moi à pied sans rencontrer d’ours ni de loup, j’ai réalisé que j’étais au bout du rouleau. Il me restait une solution. A contre-coeur, je pris mon téléphone.

-Hello, ma princesse !

-Salut, je bredouille.

-Tu daignes enfin me contacter. Je ne te savais pas si occupée dans ta nouvelle vie, raille Eduardo.

Je prends une grande inspiration. « Ne pas flancher. Ne pas flancher maintenant ! »

-Dis, je passe le weekend avec des amis. Ca te dit de venir ?

-Zacharie n’est pas avec toi ?

-…

-Théo ?

-Je ne suis pas en couple avec Zacharie. Je ne l’ai jamais été…

-Hein ? Mais, pourtant…

-J’ai menti… Pardon, Eddy…

Je croise les doigts. J’ai joué la carte « Eddy ». J’espère qu’il s’en souvient encore et j’espère que cela va l’attendrir.

-C’est pas grave, soupire-t-il. T’es où, alors ?

Soulagée, je lui communique les coordonnées. Ce n’est qu’après avoir raccroché, que j’ai demandé à Clémence si je pouvais inviter un copain. Heureusement, elle approuva, sans poser de questions et sans aucune hésitation.

Au moins, je ne serais pas « seule » ce weekend. C’est ce que j’ai pensé. Nous changeons tous… Parfois, nous dissimulons certaines choses… Surtout lorsque nous sommes ados… Et cela peut ressurgir à l’âge adulte… Bon sang, quel weekend…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :