L’intruse : 4.2 Silver

Chapitre 4 partie 2 : Silver

– Ha ! Ha ! Désolé, désolé ! dit-il en se grattant l’arrière de la tête. J’lai trouvé errante dans la forêt. C’est la gamine au sang-chaud.

Fascinée par les milliers de livres, la jeune fille ne prête aucune attention aux nouveaux personnages et encore moins à l’atmosphère devenue soudainement pesante.

– Hé ! Petite !

Silver remarque enfin les hommes qui s’adressent à Greg.

L’un est assis derrière un bureau. Le regard assassin, les prunelles jaunes, les mains croisées. Le second est à sa droite. Grand, élancé, les cheveux blonds ondulés jusqu’aux épaules. Le troisième se tient sur la gauche. Silver essaye de l’observer, mais il est dissimulé dans la pénombre. Impossible de voir correctement son visage.

– Le boss t’a posé une question ! s’énerve le blond.

– Pardon, je ne l’ai pas entendu.

– Petite impudente !

Greg s’interpose devant les crocs du jeune vampire.

– Hé, tout doux ! J’lai pas sauvé pour qu’elle s’fasse bouffer par mes compagnons !

L’homme assis, lève une main pour calmer le téméraire. Silver comprend qu’il est le chef. Elle touche l’épaule de Greg pour le rassurer et s’approche du bureau.

– Je m’excuse. J’étais fascinée par votre bibliothèque. Je promets de mieux me comporter en votre présence, à l’avenir.

– Qu’attends-tu de nous ? demande-t-il.

– Je veux être libre.

Des rires sardoniques s’élèvent dans la pièce. Des frissons traversent le corps de Silver.

– Impossible, rétorque le chef. Tu es bien trop précieuse et surtout trop fragile pour qu’on te laisse vadrouiller comme bon te semble. Greg, pourquoi ne l’as-tu pas marqué ?

– C’est inconcevable ! Cette gamine pourrait être ma propre fille !

– Sans marque, elle ne bénéficie d’aucune protection, déclare le blond.

Silver se demande si ces hommes comptent la marquer comme le bétail. Elle se palpe le bras. Ce doit être très douloureux de sentir le fer s’enfoncer et brûler la peau.

– Vous voulez que je m’en charge, boss ? ricane le blond.

– T’es trop jeune ! tempête Greg. Tu risques d’la tuer !

– Faut bien commencer un jour où l’autre…

Le blond fait quelques pas dans la direction de Silver qui recule, apeurée. Des larmes s’écoulent le long de ses joues. C’est ça, la liberté ? Sa liberté ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :