Plan ou feeling ?

Quand j’écris est-ce que j’utilise un plan ?

La réponse est oui et non. Pour le moment je suis encore dans une phase où je rencontre des difficultés à switcher au bon moment. Tout dépend de mon état d’esprit et surtout de mon temps de réaction. Arriver à comprendre très vite où ça coince et mettre la solution en application.

En bref oui pour un plan, bien utile quand l’inspiration est au point mort. Non quand je n’ai pas besoin de la forcer.

Pourquoi ? Parce que cela peut me créer un blocage (par exemple les difficultés que j’ai rencontrées avec Dans la peau d’un mec). Pour le 3ème tome, je l’ai envoyé valser, mais un plan m’a aidée pour le 4ème tome. Voilà ce n’est pas évident de savoir vers quelle option me tourner à tel moment.

Comment créer un plan ?

J’en utilise de deux sortes :
Le global qui est un résumé de quelques phrases. Et le plan de secours. Celui qui mettra plus en évidence les personnages et le décor. Je l’utilise pour les intros (premiers tomes) comme pour Warriors et Sugar Wolf. Pour celui-ci, j’ai suivi une sorte de plan de base focalisé sur les sentiments d’Adam, sur sa vie et sa non-vie.
Concernant l’inspiration, je la préfère au plan. Plus de naturel, de spontanéité, d’émotions. Mais ça ne fonctionne pas à tous les coups !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :