4. (Perte de) Raison

grimace-388987_1280

-Eduardo ! 
Impossible de résister à ses bras grands ouverts. Son sourire charmeur et étincelant. Je me blottis contre lui et retiens une larme. Quand je m’écarte, je me rends compte qu’il a changé. Son visage n’est plus aussi fin. Sa mâchoire est un peu plus carrée et un détail qui doit lui ravir : il a grandi ! Nathan aurait des difficultés à le taquiner encore sur sa taille.
– Tu n’as pas changé !
– Te concernant, c’est tout le contraire ! je m’esclaffais.
Nous reprîmes place au bar. Mes lèvres étaient en permanence étirées. Impossible de rester de marbre lorsque le malicieux Eduardo narre ses aventures. Mais étrangement, il fit passer ses malices auprès de la gente féminine sous silence. Je ne voulais pas trop l’embêter alors que l’on venait de se retrouver quatre ans après. Je me dis qu’il avait sans doute changé et ce fut bien le cas. Eduardo n’était pas casé, mais il avoua avoir calmé le jeu de la séduction. Il avait vieilli aussi et jouer comme il le faisait avant risquait de lui causer problème dans le futur. On ne pouvait plus accuser son jeune âge pour son comportement désinvolte. Il avait dépassé le stade de l’âge bête. Je ne sais pas si je pouvais lui poser une question. La question… Je me lançai après avoir compté jusqu’à trois dans ma tête.
– As-tu des nouvelles de Nathan ? 
– Oui bien sûr ! Nous étions ensemble le jour de l’an. Avec Tristan, Cécile Camille et Henry.
– Vous étiez tous ensemble ? répétai-je, hésitante.
Mon cher journal, je crois qu’à cet instant, j’ai viré blême. Je crois aussi, parce que je n’en suis pas certaine, que ma voix a tremblé.
J’étais seule pour le nouvel an. Eux s’étaient réunis.
– Comme au bon vieux temps, ajouta-t-il en rigolant.
Et là je compris que moi, je n’étais qu’une pièce rapportée. Quand ils se sont tous éloignés durant le passage à l’âge adulte, ils se sont retrouvés, comme de véritables amis. Ils n’avaient aucune raison de me fréquenter de nouveau. Surtout après ma rupture avec Nathan. J’ai fini mon verre encore plein d’une traite. Pas pour me saouler. Pour me débarrasser de cette grosse boule qui s’était formée dans ma gorge. Et comme je suis une idiote qui n’était pas encore tombée dans un trou assez profond, je le relançai sur une question dont je ne voulais jamais avoir la réponse. Et avec tout ça, je parvins encore à la jouer fine. Je n’ai pas dit à Eduardo si j’étais toujours en contact avec Nathan et malgré la situation, j’espérais que ce fut réciproque.
– Comment va la copine de Nathan ? 
J’ai regretté cette question aussitôt posée.
– Mary ? Ca va, ça va, avait-il répondu l’air un peu embarrassé.
Je hochai doucement la tête : quelle gourde ! Et comme ma tombe n’était pas encore assez profonde, je donnais encore un bon gros coup de pelle.
– Il n’y a aucun souci, tu sais. Ca fait quatre ans qu’on est séparés. Je suis passée à autre chose.
-Ah ? Un nouveau soupirant ? 
– Oui, quelqu’un de bien.
Je jure que si je pouvais me fiche une baffe monumentale à cet instant…
– Qui donc ? insista-t-il.
Eduardo me gratifia de son sourire le plus charmeur. Ma tombe était creusée. Il ne manquait plus que le coup fatal. Je ne répondis pas maintenant et demandai un autre verre au barman. Quelque chose de fort. De la vodka, que j’engloutis cul sec. Eduardo attendait toujours ma réponse. Je balayai discrètement la salle du regard par-dessus son épaule et je répondis :
– Zacharie.

Publicités

2 commentaires sur “4. (Perte de) Raison

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :