L’intruse : 3.1 Libre

Chapitre 3 partie 1 : Libre

Les jambes faibles de la jeune femme ne la portent guère loin. Le peu de force dont elle a eu recours était certainement dû à l’adrénaline. A bout de souffle, elle s’arrête dans un bois. Quand elle entend les chevaux tirant les voitures, elle se jette malhabilement dans un buisson pour se cacher. Apparemment, il s’agit de simples invités qui rentrent chez eux.

La jeune femme constate qu’elle est encore trop proche de sa cage dorée et prise de peur, elle s’éloigne à petits pas, s’enfonçant de plus en plus dans la forêt noire.

Au petit matin, elle claudique presque, se tenant douloureusement un poing de côté. Cette sensation lui est vaguement familière. Soudain, son pied ripe sur une branche morte et elle chute lourdement sur le sol.

Sa gorge aussi aride que le désert rend sa respiration bruyante. La jeune femme ne réalise pas qu’elle s’est endormie, jusqu’à ce qu’elle soit réveillée par les chants d’un oiseau. Combien de temps avait-elle dormi ? Elle l’ignore. Mais sa gorge brûlante et desséchée lui rappelle rapidement qu’elle meure de soif.

Un bruit d’eau courante l’interpelle. Elle rampe jusqu’à lui et découvre une rivière. Ses yeux en pétillent de joie et d’avidité. Cette vue lui donne assez de forces pour qu’elle se mette à quatre pattes.

– Vite ! Vite !

A deux pas de la bordure, elle s’aplatit sur le sol et plonge la tête dans l’eau fraiche. Elle en rigole, créant une grosse bulle d’eau pour son plus grand bonheur. Désaltérée, elle s’allonge sur l’herbe fraiche. Ses mains se pressent fortement contre cette douce sensation. Le vent pousse un nuage qui laisse filtrer un rayon de soleil sur son visage.

Son ventre grogne soudainement. Dorénavant, elle doit apprendre à se sustenter toute seule. Toutefois, elle ne sait pas du tout comment procéder.

Elle mangeait du lapin, du poulet, du poisson, mais était ignorante sur la capture, la préparation et la cuisson. Cela lui parut plus simple de commencer par la recherche d’arbres fruitiers.

Dans la forêt, elle déniche des noisetiers. Ils lui coupent temporairement sa faim. Elle continue sa recherche, le cœur léger et se surprend même à tenter de sautiller. Ses pieds s’emmêlent et elle trébuche plusieurs fois, mais elle rigole toujours de bon cœur.

La jeune femme tombe ensuite sur un cognassier, qu’elle frappe avec une branche trouvée sur le sol. Elle grimace en goûtant à ce fruit amer. Elle n’a pas le temps de s’en remettre, qu’un grognement agressif attire son attention.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :