L’intruse : 2.2 L’envol

Chapitre 2 partie 2 : L’envol

Alors que le prince s’apprête à commettre l’irréparable, la porte s’ouvre dans un fracas.

– J’en étais sûre ! hurle la princesse Elaine. Ludwig, vous n’êtes qu’un porc !

Ce dernier saute en arrière, le pantalon sur les chevilles.

– C’est elle… qui… bafouille-t-il, ayant perdu toute son assurance.

– Ne vous avisez pas de me prendre pour une idiote ! vocifère la princesse. Sortez ! Je ne veux plus jamais vous revoir !

La jeune femme s’est figée. Elle n’a pas bougé d’un cil. Son esprit s’est vidé de toutes pensées, attendant sa sentence comme si les secondes étaient des heures. Subitement, la princesse se rue sur elle.

– Est-ce que ce porc t’a souillé ? tonne-t-elle.

La jeune femme ne bronche toujours pas et conserve la bouche fermée.

– Je t’ai posé une question ! Est-ce que ce porc t’a souillé ?

Devant le silence persistant de son animal, Elaine se jette sur sa robe et la soulève. Ses traits se détendent.

– Tes sous-vêtements sont intactes…

Ce répit pour la jeune femme est de courte durée, car la princesse n’a pas fini de changer de facette.

– Chante !

La jeune femme pose sur elle des yeux effarouchés qui lui font perdre le peu de sang-froid qu’elle essaye tant bien que mal de contenir. D’une voix stridente qui cause des tremblements aux murs, elle lui ordonne de pousser la chansonnette. La jeune femme obéit et un faible gémissement tremblotant se dégage de sa gorge.

– Mon oiseau est mort, constate tristement la princesse. Il ne t’a pas souillé, mais cet immonde personnage t’as fait perdre une partie de ton innocence.

La princesse ôte son pendentif et l’attache au cou de la jeune femme qui se laisse docilement faire.

– Grâce à cela, tu bénéficies de ma protection. Tu pourras te rendre chez toi en toute sécurité. Suis les tapis rouges ornés de broderies bleues.

Les bras de la jeune femme lui en tombent. Peut-elle réellement partir, pour de vrai ?

– Mais avant cela…

La princesse ose ce geste, qu’elle a tant refoulé durant ces dernières années. La tête contre le cœur de la jeune femme, elle se laisse bercer par les battements qui se sont calmés.

– Pardon… chuchote-t-elle en reculant. Maintenant, va-t-en, avant que je ne change d’avis ! reprend-elle sur un ton sévère.

Des questions brûlent les lèvres de la jeune fille. Mais son instinct de survie prend le dessus et elle s’enfuit le plus vite possible.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :