L’intruse : Prologue 0.1

Prologue partie 1

Les villageois s’étaient attroupés devant la maisonnée où résonnaient les premiers cris d’un enfant. Certains murmuraient qu’il s’agissait d’une naissance bénie, d’autres que ce n’était rien de plus qu’une erreur de la nature.

En ce matin d’hiver, où la neige recouvrait la vallée de son manteau blanc duveteux, un petit-être était né. Mais dans ce village, ce royaume, que dis-je, ce monde, cette naissance n’avait rien de normal. Ce bébé possédait un cœur, un vrai. Son petit organe tambourinait à toute vitesse dans sa poitrine. La nouvelle avait vite fait le tour. Comment était-ce possible ? Comment deux êtres de sang-froid avaient pu concevoir une chose aussi fragile et aussi… chaleureuse… On voulu bien accuser la mère d’adultère, mais les humains avaient disparu depuis des siècles. Il était impossible qu’un homme au sang-chaud puisse se balader tranquillement dans cette petite contrée sans qu’aucun vampire ne s’en aperçoive.

Ignorants ces murmures et accusations, les parents chérirent leur progéniture de baisers et de tendresse. Sang-chaud ou sang-froid, ce bébé représentait le fruit de leur amour et ils l’aimaient de tout de leur être.

Après quelques jours de pur bonheur, des nuages voilèrent le ciel. La rumeur avait atteint le palais et ces majestés avaient envoyé un représentant et une escouade vérifier les dires. Réticents, les parents voulurent cacher leur trésor, mais le chef du village leur en dissuada : si ces majestés le décidaient, l’endroit pouvait être rasé et décimé en un claquement de doigts. C’est donc à contre cœur qu’ils présentèrent leur enfant. Le représentant amena lentement un doigt vers le gros orteil du petit-être endormi. Une exclamation de surprise surgit de sa gorge : il était chaud, presque bouillant. Puis, il demanda à la mère l’autorisation d’approcher son visage. D’un œil méfiant, elle abdiqua et décolla l’enfant de sa poitrine. Le représentant hésita. Son visage affichait un mélange d’excitation et de joie. Mais c’est avec appréhension qu’il posa son oreille contre la poitrine du nouveau-né. Ses lèvres tremblèrent.

– Son cœur… Il bat… Il bat ! s’écria-t-il, les larmes aux yeux.

Les soldats acclamèrent la nouvelle en brandissant leurs armes et en poussant des cris de joie. L’homme serra ensuite vigoureusement les mains des parents, les félicitant en toute sincérité d’avoir un si bel enfant. Ces derniers n’entendirent plus parler de ces majestés et ne reçurent plus de visites curieuses. Les rumeurs concernant l’enfant au sang-chaud né de parents au sang-froid s’étaient transformées en légende, en conte pour enfants à raconter au coin du feu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :