L’intruse : 1.1 La cage dorée

Chapitre 1 partie 1 : La cage dorée

Après ce rebondissement pour le moins inattendu qui fut accueilli par des applaudissements, des pleurs de tristesse et des protestations virulentes, la petite fille menaça de s’enfuir et de se rendre toute seule au palais si l’on décidât de l’y en empêcher.

Quelques jours s’écoulèrent où discussions et marchandage furent de rigueur. Au final, ces majestés acceptèrent le marché proposé par le village et l’enfant au sang-chaud : ils devraient fournir le village des meilleurs équipements et établissements possibles sur les ordres de la petite fille. La reine qui avait spécialement fait le déplacement pour la rencontre, se pencha vers l’enfant et lui tapota délicatement la tête.

– Quel est ton premier souhait ?

Encouragée par ses parents aux yeux bouffis et humides, ainsi que par les villageois aux émotions partagées, elle répondit :

– Un hôpital.

– Il en sera fait selon tes désirs, ma chère enfant.

Une acclamation générale retentit au centre du village. La petite fille au sang-chaud était définitivement devenue l’enfant bénit, l’enfant sauveur qui allait apporter sécurité et prospérité sur leur demeure. L’heure des adieux avaient sonné. Ses parents la serrèrent très fort dans leur bras, lui susurrant des mots doux et des paroles réconfortantes à l’oreille.

– Nous nous reverrons. Grandis bien. Deviens une jeune femme honnête.

***

Nous nous reverrons…

La jeune femme se réveille en sursaut. Son regard balaye la pièce. Elle est toujours confinée dans sa prison, entourée de livres illustrés et de poupées. Du haut de ses vingt-et-un ans, elle est bien incapable de se séparer de ces objets qui représentent tout ce qu’elle possède.

Durant ces dernières années, ces majestés tinrent parole et offrirent de nombreuses structures modernes à son village natal, découlant sur des emplois et des écoles de plus en plus spécialisées et recherchées dans le royaume.

Cependant, depuis son arrivée au palais, la jeune femme resta cloitrée comme un oiseau en cage, incapable de sortir prendre l’air, de sentir les rayons du soleil sur sa peau et de goutter à la fraicheur de la pluie en été. Son corps frêle et fragile était dépourvu de muscles. Elle pouvait à peine marcher dans ce petit espace et encore moins courir. Avec le temps, sa peau avait perdu de son éclat naturel et était devenue laiteuse. Ses cheveux qui réfléchissaient auparavant les rayons lumineux du soleil étaient maintenant d’un noir charbon. Ses yeux avaient également perdu de leur éclat, mais personne ne le remarqua, ni ne s’en soucia.

Dans le palais, elle est l’oiseau de la princesse Elaine. Sa cage trône dans un coin de sa chambre et cette dernière la traite comme tel. Elle ne l’a jamais touché, ne l’a jamais nourri ni toiletté. La princesse lui ordonne régulièrement de pousser la chansonnette quand elle est triste, ou d’humeur maussade. La seule personne qui lui montre de l’affection est la reine, qui la considère comme sa fille.

Elle s’occupe de sa toilette et lui apporte ses repas. Elle refuse catégoriquement qu’une bonne sans charge tant que sa propre fille ne riposte pas et prend grand soin de lui frotter derrière les oreilles, de lui coiffer soigneusement sa longue chevelure et de les lui tresser.

La reine fait également attention à son alimentation. Vu ses nouvelles conditions de vie, la jeune femme au sang-chaud est tout simplement interdite de manger du pain, du riz et des gâteaux, sauf pour les grandes occasions.

– Si je te nourris qu’avec des bonnes choses, tu risques de grossir et de ne plus pouvoir déployer tes ailes pour t’envoler loin d’ici.

Sous la tutelle de sa majesté qui endossa le rôle le plus proche de celui d’une mère, l’enfant apprit à lire et à écrire, toujours enfermée dans sa cage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :